Témoignages de soignants

Mr G. est interne en médecine depuis 1 mois

Mr G. est interne en médecine. Il appelle le Centre d’Ecoute Psychologique car, depuis un mois, il remet tout en question : sa situation professionnelle d’interne, son futur métier, la relations avec ses amis,... Le psychologue propose à Mr G. de travailler dans un premier temps autour de sa situation professionnelle. Il en ressort que Mr G. se sent très peu encadré. Mr G. a toujours eu besoin d’un « feedback » de la part des autres pour se faire confiance. Mr G. exprime une grande anxiété de performance et la peur de connaitre un échec ou de commettre une erreur professionnelle. Le psychologue aborde alors avec Mr G. son besoin de créer un climat d’échanges tant au niveau personnel que professionnel. L’idée de rencontrer un superviseur médecin plus expérimenté ou de participer à un des groupes de soutien professionnel se construit au fil des trois entretiens d’accompagnement proposés par le psychologue. Mr G. parle aussi de commencer un travail autour de la gestion de ses états d’anxiété et abordera lors des deux entretiens suivants son besoin d’engager une psychothérapie. Mr G. nous remercie et recontactera le service en cas de besoin.

Mlle D., interne en médecine depuis 6 mois

Mlle D. est interne et nous contacte suite à un stage dans un service de réanimation qui l'a particulièrement éprouvé. Elle a fait face à une chef de service qui « a été très virulente à (son) égard » ce qui a généré beaucoup d'angoisse, une perte de confiance en elle et une remise en question de son identité. Pour Mlle D., il n'a jamais été question de son travail mais d’attaques plus personnelles concernant sa personnalité et ses aptitudes relationnelles. Aujourd'hui, Melle D. est dans un autre service qu'elle décrit comme bienveillant mais elle continue à décrire des symptômes assez notables d'angoisse et d'apathie. Elle n’a pas pu aller au travail le jour où elle décide de contacter le numéro vert ; elle dit qu’elle « ne se reconnait plus ». Le psychologue propose alors d’aider Melle D. à verbaliser son sentiment d’épuisement, son mal-être au travail généré par son expérience professionnelle passée et de travailler sur une prise de conscience progressive de l'impact physique et émotionnel que cela a eu sur elle. Le psychologue a également proposé à Melle D. de se rapprocher de son médecin traitant et lui propose un suivi par téléphone afin de poursuivre ce premier entretien.

 

Mme V., Médecin généraliste depuis 3 ans

Mme appelle « entre deux patients » pour évoquer son épuisement. Médecin généraliste depuis 3 ans à temps plein, Mme exprime ses difficultés à gérer sa patientèle et à concilier sa vie privée et sa vie professionnelle. Elle revient d'une semaine de vacances en état d'épuisement. Mme V. dit ne pas arriver « à lever le pied ». Mme V. se dit « très perfectionniste » et en difficulté pour poser ses propres limites et se préserver. Le psychologue interroge alors Mme V. sur ce qu’elle pourrait mettre en place tout en maintenant son activité professionnelle dans de bonnes conditions. Le psychologue apporte à Mme V. l’espace dont elle avait besoin et suggère de prendre un rendez-vous pour un second entretien. Le psychologue met l’accent sur le temps qu’elle pourrait enfin s’accorder à elle-même pour prendre soin d’elle et se préserver.

 

Monsieur T., Médecin en libéral dans un cabinet

Monsieur est médecin en libéral dans un cabinet avec 4 autres médecins. Mr T. « (se) sent dépassé, surmené depuis 1 mois ». Il a pris très peu de vacances cette année avec une forte activité, il a petit à petit arrêté ses activités extra- professionnelles, il ne voit plus ses amis en dehors du travail,... Mr T. s'est fait prescrire un antidépresseur par un collègue puis « l'a fait changer par un autre ». Ses difficultés ont une répercussion sur sa vie de couple car sa femme ne le reconnait plus ; cette dernière se plaint de le voir dans cet état. Mr T. souhaite des renseignements sur le temps que cela va prendre pour que l'antidépresseur agisse, sur ce qu'il doit faire pour aller mieux alors qu'il n'a envie de rien, sur la façon dont les autres personnes en Burnout « s'en sortent ». Le psychologue propose à Mr T. un travail de verbalisation de ses angoisses et préconise de consulter un médecin afin d'avoir un réel suivi médical. Mr T. prend conscience qu’il doit aussi se reposer, diminuer son temps d'activité et parler à sa femme de ce qu'il traverse actuellement. Mr T. nous remercie ; il ne souhaite pas prendre un nouveau rendez-vous et préfère rappeler le Centre d’Ecoute Psychologique dès qu’il en ressentira à nouveau le besoin.

 

Mme N., Médecin depuis 15 ans

Mme N. décrit « un burnout qui dure depuis plusieurs mois maintenant ». Elle est médecin en hôpital psychiatrique depuis 15 ans, elle décrit des valeurs de travail qui ont changé, un environnement difficile, des contacts avec ses pairs peu chaleureux, une charge de travail importante. Madame a envisagé de quitter l'hôpital dans un an. Elle est âgée de 60 ans et vit en couple. Elle évoque des troubles du sommeil importants et l’abandon progressif de ses activités sociales et de ses loisirs. Il y a trois semaines, elle a été agressée physiquement par une patiente, c’était l’évènement « de trop ». La psychologue aide Mme N. à prendre le recul nécessaire et réfléchir à ce qu’elle pourrait mettre en place pour se préserver. Mme N. ne veut pas s’arrêter, elle se sent coupable, dit qu’elle n’a finalement pas de raisons « de se plaindre ». Mme N. est invitée à mener une réflexion sur cet environnement de travail et sur les moyens de se préserver. Elle rappellera la psychologue pour faire le point.

 

Monsieur L., Kinésithérapeute depuis un an.

Mr L. est Kinésithérapeute depuis un an. Il présente de fortes angoisses liées à sa profession : peur de faire du mal, de « casser ». Mr L. a des antécédents anxieux. Il relie cette anxiété à son activité professionnelle et à sa première expérience de stage en 1ere année où il a été accusé par un médecin de la mauvaise rééducation d'une patiente âgée. Ses angoisses se sont accentuées depuis 6 mois, date à laquelle il s'est installé à son compte. Mr L. dit ne pas pouvoir se raisonner sans la réassurance de ses confrères et sans investissements importants pour maintenir sa réputation. Mr L. est déjà pris en charge par un psychiatre. Le psychologue propose ainsi quelques pistes de réflexion et un nouvel entretien téléphonique en le rappelant sur le Centre d’Ecoute Psychologique pour faire un point sur sa situation.

 

Mme B., infirmière en libéral depuis 24 ans.

Mme B. est infirmière à domicile depuis 24 ans. Mme B. nous appelle car elle vient de se faire arrêter ce soir par son médecin traitant. Depuis 3 ans environ elle ressent un épuisement important. Elle évoque des troubles du sommeil, des troubles cognitifs (perte de concentration et d’attention), une humeur triste quotidienne et persistante, un sentiment d’isolement, une anhédonie, et beaucoup de ruminations autour du travail. Mme B. effectue « beaucoup d’horaires à rallonge », les procédures administratives s’intensifient, elle ressent une perte de sens dans son métier, particulièrement en lien avec certains patients qui ne montrent pas de signe de respect à son égard. Dans son cabinet, elle travaille en collaboration avec deux collègues infirmières. Pour Mme B., l’organisation de travail entre ses collègues est à revoir ; selon elle, la répartition n’est pas équitable. Son médecin traitant lui a prescrit des antidépresseurs. La psychologue propose à Mme B. de réfléchir à cet arrêt lui permettant de prendre de la distance avec son travail et de murir une réflexion sur les changements qu’elle pourrait mettre en place pour retrouver un meilleur équilibre de vie. Mme B. approuve le fait qu’il lui faudrait réinvestir sa vie personnelle et sa santé, qu’elle a « beaucoup trop mis de côté » depuis plusieurs années. Le psychologue prend un nouveau rendez-vous téléphonique avec Mme B. pour l’aider à y réfléchir. Elle lui suggère aussi l’idée d’un suivi médical plus régulier.

 

Madame L., Orthophoniste en libéral depuis 2 ans.

Mme L. est une femme d’une trentaine d’années. Elle est orthophoniste et exerce en libéral depuis 2 ans. Mme contacte notre service car elle s’inquiète pour son état psychique. Mme L. se sent extrêmement épuisée, a des difficultés d’endormissement. Elle est angoissée tous les matins avant de commencer le travail. Le 1er entretien avec la psychologue du Centre d’Ecoute Psychologique a permis à Mme L. de revenir sur son activité professionnelle : organisation de son planning, gestion des suivis, du travail administratif, relations avec ses patients. Mme L. a également pu verbaliser ses ressentis et émotions liées à cette situation, elle a pu évoquer les difficultés qu’elle rencontre au quotidien sa pratique en libéral. Avec la psychologue, Mme L. a pu travailler à une prise de recul et à la mise en place d’un cadre plus protecteur dans sa pratique professionnelle. Cet appel a donné suite à un autre entretien téléphonique. A l’issue de ses deux entretiens, la psychologue a clôturé le suivi car Mme se sentait mieux. Mme sait que le service sera disponible si elle en ressent à nouveau le besoin.